Menu

Allergie au soleil

juin 8, 2018 - Santé
Allergie au soleil
La photosensibilité, ou allergie au soleil, regroupe diverses affections où apparaît, sur une peau exposée au soleil, une éruption cutanée. La photosensibilité de certaines personnes leur vient de leurs ascendants tandis que, pour d’autres, elle est causée par divers facteurs, certains médicaments notamment.

L’allergie au soleil :

La réaction du système immunitaire explique l’allergie au soleil. Le premier signe est une éruption cutanée rouge. Le cou, les mains, les bras et les jambes sont les parties le plus fréquemment atteintes. Plus rarement, la réaction peut s’avérer sévère, entraînant urticaires et petites ampoules et touchant même les parties vêtues du corps.
Les sortes de photosensibilité les plus courantes sont la lucite, l’urticaire solaire, le prurigo actinique et l’éruption photo allergique. L’apparence de la peau varie énormément suivant la cause du problème. Les symptômes et les signes incluent rougeurs, démangeaisons, douleurs, petites bosses, croûtes et saignements. Ces signaux apparaissent quelques heures après l’exposition au soleil sur les parties exposées à l’astre solaire.

Les causes :

La lumière solaire est composée de rayons ultraviolets, les UV de type A et de type B. Les personnes concernées par une allergie peuvent être allergiques à un type d’UV, voire aux deux. Leur système immunitaire assimile, à tort, la peau abîmée par le soleil à un corps étranger (comme des virus ou des bactéries) et déclenche alors une attaque qui aboutit à une réaction allergique.
Parfois, les produits appliqués sur la peau (parfum, lotion) ou présents dans certains médicaments induisent une réaction allergique à l’issue d’une exposition au soleil. Les UV interfèrent avec le composé mis en cause et les cellules immunitaires l’identifient à un corps étranger.

Le traitement :

Il varie suivant le type d’allergie en cause. Pour les cas les plus bénins, il suffit de ne pas s’exposer au soleil durant plusieurs jours pour voir diminuer les désagréments. Les crèmes composées de corticostéroïdes viennent à bout de la majorité des symptômes. L’hydroxychloroquine (Plaquenil) entraîne une atténuation des symptômes de certaines allergies au soleil. En cas de forme sévère, le médecin recommande, chaque printemps, de s’exposer au soleil de façon graduelle.
La photothérapie s’effectue via une lampe aux ultraviolets pour éclairer les parties du corps les plus souvent exposées.
Dans tous les cas, la meilleure des préventions passe par l’utilisation d’une crème solaire et de vêtements adaptés et par une exposition au soleil raisonnable.

Les risques et complications :

Dans la plupart des cas, les réactions de photosensibilité disparaissent d’elles-mêmes, sans laisser de conséquences permanentes. Cependant, en cas de maladie latente ou d’exposition très importante, les symptômes d’une allergie au soleil sont susceptibles de s’aggraver. Certaines réactions peuvent perdurer plusieurs années et entraîner une photodermatite chronique, une hyperpigmentation, des taches foncées sur la peau, voire un vieillissement prématuré de celle-ci. La complication la plus grave étant, sans conteste le mélanome ou cancer de la peau.
Toutefois, les risques dus à une allergie au soleil sont faibles si on utilise le trio de choc : crème solaire, vêtements adéquats et exposition raisonnée.
Aimons le soleil mais modérément.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *